Informations

Wheelchrs pour chiens en afrique du sud

Wheelchrs pour chiens en afrique du sud



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Wheelchrs pour chiens en afrique du sud

En Afrique du Sud, un certain nombre d'organisations se sont réunies pour former la South African Canine Wheelchr Association (SACWA). Le but de l'organisation est d'aider les utilisateurs de wheelchr à avoir accès aux mêmes parcs et espaces publics acceptant les chiens que les non-utilisateurs de wheelchr, y compris dans et autour des parcs nationaux sud-africains. L'organisation aidera les utilisateurs à accéder aux mêmes installations que les utilisateurs non-wheelchr, y compris les utilisateurs de wheelchr à accéder aux parcs de wheelchr.

But

L'Afrique du Sud a une longue histoire de lois et de réglementations qui protègent et interdisent la discrimination fondée sur la race, l'âge, le sexe, l'état matrimonial, l'orientation sexuelle, la religion, le handicap, l'opinion politique, la nationalité ou le lieu d'origine, entre autres. Toutes les personnes handicapées et les personnes ayant des besoins particuliers des personnes handicapées doivent bénéficier d'un accès égal et d'une inclusion dans la communauté. Ces politiques et lois doivent également être appliquées de manière égale à tous.

Historique de la législation et des politiques visant à améliorer l'accès et l'inclusion des personnes handicapées

L'article 27(a) de la Constitution de la République d'Afrique du Sud, 1997, stipule que toute personne a droit à tous les droits, y compris le droit à un niveau de vie correspondant à celui d'une personne humaine.

L'article 27(b) de la Constitution de la République d'Afrique du Sud, 1997, stipule que toutes les personnes handicapées ont droit à tous les droits et aux mêmes opportunités que les autres, et qu'elles ne doivent pas se voir refuser l'accès aux bâtiments ou lieux publics, y compris, mais sans s'y limiter, les parcs nationaux, les plages, les parcs, les musées, les hôpitaux, les cinémas, les restaurants, les pubs et autres installations, ou les services refusés dans ces lieux ou installations.

La Constitution de la République d'Afrique du Sud, 1997, section 27(c) stipule que toute personne a le droit d'être dans tous les lieux publics sans distinction de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, de croyance, de statut social ou économique, parmi autres.

L'article 28 (1) de la Constitution de la République d'Afrique du Sud, 1997, stipule que toutes les personnes ont des droits égaux en matière d'emploi et de traitement dans toutes les matières, qu'elles soient publiques ou privées, et que personne ne doit être soumis à une discrimination sur les motifs de couleur, de race, de sexe, de mariage, d'orientation sexuelle, de religion, de croyance ou de handicap physique.

La loi de 1998 sur la protection des droits fondamentaux de l'homme (n° 36 de 1998) stipule que tout citoyen est à l'abri de la discrimination fondée sur le handicap dans tous les domaines de la vie.

L'article 23(1) de la loi de 1998 sur la protection des droits fondamentaux de l'homme stipule que chacun a droit à l'égalité devant la loi et dans tous les droits, obligations et conditions prévus par la loi et la Constitution.

L'article 2(a) de la loi de 1998 sur le Conseil national des personnes handicapées stipule que le Conseil national des personnes handicapées (NCDP) est responsable des questions suivantes concernant le Conseil national des personnes handicapées (NCDP) et le Département national de Personnes handicapées (NDPD) :

promouvoir et encourager la coopération entre les différents secteurs, institutions et organismes concernés par les besoins des personnes handicapées

en particulier, veiller à ce que des mesures soient prises pour protéger les personnes handicapées de toute discrimination et pour faire progresser et protéger les droits des personnes handicapées, à la fois au sein et entre les secteurs, institutions et organes concernés par les besoins des personnes handicapées, et

promouvoir les personnes handicapées dans tous les domaines de la vie publique.

L'article 2(b) de la loi de 1998 sur le Conseil national des personnes handicapées stipule que le NCDP a les devoirs et les pouvoirs suivants :

veiller à ce que chaque personne handicapée ait accès aux mêmes installations, services, programmes, programmes et programmes que ceux fournis aux autres citoyens

veiller à ce que chaque personne handicapée ait accès aux mêmes opportunités que les autres citoyens

veiller à ce que chaque personne handicapée puisse participer à la vie sociale et politique dans les mêmes conditions que les autres citoyens

veiller à ce que chaque personne handicapée puisse bénéficier des mêmes avantages et privilèges que les autres citoyens

veiller à ce que chaque personne handicapée ait accès aux mêmes lieux publics que les autres citoyens

veiller à ce que chaque personne handicapée ait accès aux mêmes services publics que les autres citoyens

veiller à ce que chaque personne handicapée ait accès aux mêmes opportunités que les autres citoyens

veiller à ce que chaque personne handicapée puisse participer et jouir des mêmes droits et privilèges que les autres citoyens.

L'article 2(d) de la loi de 1998 sur le Conseil national des personnes handicapées stipule que le NCDP peut conclure des accords de coopération avec toute personne ou autorité, et que le NCDP peut conclure un protocole d'accord ou un autre accord avec toute personne ou autorité.

L'article 5(2) de la loi de 1998 sur le Conseil national des personnes handicapées stipule que le NCDP a les pouvoirs et devoirs suivants :

consulter et conseiller les services gouvernementaux et les institutions et autorités publiques sur tous les aspects des affres des personnes handicapées

soumettre un programme d'action aux services gouvernementaux et aux institutions et autorités publiques

soumettre un rapport sur les affres des personnes handicapées aux services gouvernementaux et aux institutions et autorités publiques

recevoir des informations et des statistiques et diffuser et diffuser ces informations et statistiques

d'assister, d'encourager et de coopérer avec toute personne ou autorité, et de faciliter la coopération entre toute personne et autorité, dans la mise en œuvre de toute mesure visant à protéger les droits des personnes handicapées.

L'article 10(2) de la loi de 1998 sur le Conseil national des personnes handicapées stipule que toute personne handicapée doit pouvoir vivre dans n'importe quelle partie de l'Afrique du Sud, y compris dans les parcs nationaux.

L'article 11 de la loi de 1998 sur le Conseil national des personnes handicapées stipule que le NCDP doit, en ce qui concerne les personnes handicapées :

informer et éduquer les personnes handicapées, et

aider les personnes handicapées, dans la gestion et l'utilisation efficaces de leurs propres affaires, à garantir qu'elles aient accès aux mêmes droits, obligations et avantages que les autres citoyens.

L'article 16 de la loi de 1998 sur le Conseil national des personnes handicapées stipule que le NCDP n'est tenu de payer aucuns frais pour ses propres services, activités ou informations ou statistiques qu'il reçoit.

L'article 18(2) de la loi de 1998 sur le Conseil national des personnes handicapées stipule que tout citoyen a le droit


Voir la vidéo: Parce que quand Domenech aura vu cette video, mon chien prendra lavion pour lAfrique du Sud. (Août 2022).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos